[Anecdote d’écriture] La première version de la variante chilienne

13 janvier 2019 § 2 Commentaires

Voici la première version du début de « La variante chilienne ». Vous constaterez qu’elle est bien différente de la version publiée (il y a eu une trentaine de versions intermédiaires). Dans ce premier jet, Margaux n’existait pas et c’était Pascal qui préparait les championnats du monde de pac-man.
Avec le recul, il est intéressant d’analyser les évolutions d’un roman au fur et à mesure de son écriture. Dans le style (ici, ça part dans tous les sens, trop d’idées condensées et pas d’effort particulier dans le style/orthographe) et dans la structure (ici, deux personnages principaux. L’histoire sera profondément remaniée avec l’introduction de Margaux (Mélody au début), à partir de la version 20).
En 2019, l’atelier d’écriture que nous organiserons avec bricabook sera probablement consacré à l’évolution d’un manuscrit. Comment ne pas se contenter du premier jet, comment et pourquoi le retravailler pour obtenir le meilleur.

C’est pendant cet été-là que je fis la connaissance de l’homme qui ramassait des cailloux.

La touffeur de la fin juin avait été difficilement supportable. Dans le salle des professeurs, la température atteignit les trente-trois degrés, ce qui alimenta jusqu’au dernier jour des conversations animées sur nos conditions de travail. Comme tous les ans, nous terminions le trimestre à genou, exténués par nos élèves surexcités par la chaleur et par l’approche des vacances. Le tourbillon frénétique de ces adolescents me paraissait de plus en plus incongru. J’oubliais peu à peu que j’avais été un des leurs et que leur ivresse printanière provenait de l’espérance excessive d’amours saisonniers.
À bientôt quarante-sept ans, j’enseignais la philosophie à des lycéens depuis près d’un quart de siècle : tâche aussi bien inutile que futile.
En début de carrière j’y croyais, comme tous les autres. Je pensais pouvoir planter des petites graines et leur faire comprendre deux ou trois choses : à défaut, tenter de les rendre plus heureux. Mais non. Rapidement, vient la routine, le cycle dévastateur des rentrées avec cette frustration de voir les quelques élèves brillants partir sans se retourner et voir débarquer des wagons d’analphabètes qui confondent Bertrand Russel et Russel Crowe. Pour se sortir de ce train-train aliénant, il faut se trouver un échappatoire, une nouvelle raison de vivre tangible, différente de nos idéaux de jeunes enseignants.

Certains élèvent des abeilles et font leur propre miel (qu’ils nous revendent fort cher en salle des professeurs), d’autres écrivent des romans qui ne seront jamais lus ou se lance dans le bénévolat pour satisfaire un besoin philanthropique.
La politique est un bon dérivatif : j’ai vu de nombreux conseillers municipaux emporter leurs copies à corriger à la mairie. Une collègue physicienne est quatrième dan d’aïkido et responsable régional de la fédération. Son mari, professeur de latin, joue tous les soirs dans un piano bar. Selon les rumeurs, il parait qu’un agrégé de biologie organisait des courses illicites de blattes et levait des paris dans le quartier nord de la ville. Du jour au lendemain, il disparut : certains pensent qu’il a fait fortune et coule des jours heureux en Thaïlande, d’autres prétendent qu’il fut la victime d’une sale affaire.
Chaque enseignant devrait avoir son violon d’Ingres.

Moi, Pascal Papadacci, normalien et agrégé de philosophie, j’ai aussi ma marotte.
Pendant mes deux mois d’été, je loue une maison à la campagne. Je cherche le plus petit village, le plus éloigné des axes touristiques. Je ne tolère que la compagnie des vaches, et des arbres la journée, et des grillons la nuit.
Je ne suis pourtant pas un sauvage. Je suis normalement introverti pour un normalien. C’est que ma passion exige une préparation mentale et physique incompatible avec la compagnie des hommes (ou des femmes) : mes journées débutent à six heures très exactemen. Je m’astreins à suivre un programme strict qui ne supporte aucune perturbation. C’est ce que mon ex-femme n’a jamais accepté, quoiqu’en dise son avocat.

Je joue à Pac-Man comme un professionnel.

– L’homme qui ramassait des cailloux, août 2013.

Publicités

Habemus Piratam – le service presse

26 août 2018 § 14 Commentaires

Le Service Presse (SP) est un exercice excitant mais fastidieux.
Il s’agit de dédicacer et d’envoyer des exemplaires aux journalistes, libraires, bloggueurs avant la sortie du roman. L’idée est qu’ils le lisent afin d’être prêt à en parler (ou pas), le jour J (pour moi le 4 octobre 2018).

C’est aussi la première fois que l’on touche son livre. C’est un moment émouvant. On le parcourt, le tourne et retourne. Voici le dernier de la famille ! 🙂 On trinque alors au champagne avec Jean-Maurice et Catherine, mes 2 formidables éditeurs 🙂

Ensuite, commence un long marathon de dédicaces plus ou moins spirituelles en fonction de qui on destine le livre (je n’écris pas la même bafouille à un journaliste de France Culture que je ne connais pas, à un ami libraire avec qui j’ai pris une bière, ou à une bloggueuse que j’ai rencontré rapidement (ou pas) lors d’un salon).

Dans le cas de Habemus Piratam, j’ai signé environ 160 livres. La liste des destinataires et les enveloppes sont préparées par l’attachée de presse. C’est à la fois beaucoup … et pas assez. Car je sais que toutes les librairies ou les bloggueurs/bloggueuses que je connais ne recevront pas le roman. Je sais qu’il y aura de la frustration (« pourquoi pas moi ? »). Surtout quand on sait que 75% (90%?) des journalistes ne liront pas le livre… 😦

Ensuite, je reçois mes « exemplaires auteur », et là commence le dilemme du repêchage : après ma famille, mes amis proches, à qui envoyer les rares livres qu’il me reste ? … Heureusement, il sort le 4 octobre. Je pourrais alors en acheter pour l’offrir ! 🙂

PS : vous noterez le joli tampon fait sur mesure en bas à droite de la 1er image.

 

Parrain du concours littéraire de Nogent

27 novembre 2016 § Poster un commentaire

Très belle initiative de la ville de Nogent qui organise un concours de nouvelles. Les textes les plus originaux auront droit à une séance de coaching littéraire avec moi (on va bien se marrer ! 😉 ) avant l’annonce du lauréat le 17 mai 2017.
Le thème est libre. Seule contrainte, mettre la phrase « on en rigolera dans 10 ans ! »
Notez aussi que la blogueuse Virginie Vertigo fera partie du jury.
Enfin, cerise sur le gâteau, le 17 mai au soir, les élèves du cours d’art dramatique du conservatoire présenteront une adaptation théâtrale de « La variante chilienne ». #joie

Les informations sont ici : http://www.ville-nogentsurmarne.fr/agenda/fiche/concours-litteraire-avec-pierre-raufast/section/1123.htm

Soudain, une inconnue vous offre des fleurs…

6 juin 2016 § Poster un commentaire

eucalyptus

Lors de la rencontre à la médiathèque d’Houilles (*), Roseline, lectrice attentive, m’a offert ce bouquet d’eucalyptus. Contrairement aux feuilles d’eucalyptus destinées à Rosalie dans la Variante chilienne (p135), celles-ci étaient plus vert-bleu-frasin que bleu-vert-d’eau (plus Pantone 14-6324 que Pantone 639, pour utiliser un vocabulaire plus poétique). Merci Roseline !

(*) Bravo Morgane, l’organisation était parfaite !

Voeux 2016

3 janvier 2016 § 4 Commentaires

Je vous souhaite une excellente année 2016 ! Santé, Joie, Amour, Bonheur mais (surtout) de belles découvertes littéraires !

voeux2016s

C’est Noël !

11 décembre 2015 § 14 Commentaires

En cette fin d’année il me reste une dizaine de timbres, alors, si vous souhaitez offrir « la variante chilienne » pour Noël, je vous envoie un marque page collector dédicacé !
Premier inscrit, premier servi dans les commentaires de ce post…
Je vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année, plein de jolis cailloux lisses !

marquepage

 

Bonnes vacances !

22 juin 2015 § 2 Commentaires

Une année extraordinaire s’achève pour « La fractale des raviolis ». Je vous donne rendez-vous dès le 20 aout pour le second opus : « La variante chilienne » !
D’ici-là, je vous souhaite d’excellentes vacances et plein de bonnes lectures…
Cet été, faites comme Florin : ramassez des petits cailloux…

Belle transition : un rat-taupe sur un caillou en guise de souvenir

Belle transition : un rat-taupe sur un caillou en guise de souvenir

 

Où suis-je ?

Catégorie Non classé sur La fractale des raviolis.